Les tableaux en bois de montagne

Les tableaux de montagne ont leurs inconditionnels. Avec l’avènement des herboristes au XVIIIè puis de l’escalade au XIXè, la montagne s’est ouverte à un public de plus en plus nombreux, passant de l’effroi des abîmes qui terrorisaient à la beauté des cîmes qui subliment. Les artistes ont alors voulu représenter la majesté des sommets immaculés avec, à leurs pieds, disséminés dans les alpages, les chalets, refuges, et autres “cabanes” d’altitude. De ces représentations picturales est né, entre les deux guerres, l’art “Kitch” de montagne.

Taillé dans la masse du bois, ces tableaux ont pour auteurs Almo, Bex, Boli, Cazenave, Chapel, Cleal, Elie, Ger, Guillot, Hauler, Helnfert, Limet, Negri, Raugel, Rosso, Théo, Thiam et Yvet. Certain de ces noms, comme Helfner, étant en réalité des pseudonymes. F. Raugel, d’origine alsacienne et installé à Lyon, signait de plusieurs noms pseudonymes en plus de son nom, pour doper le marché en se faisait de la concurrence à lui-même ! Il avait par ailleurs inventé un système de pantographe permettant de recopier, pour les sculpter, des images en les agrandissants ou les réduisant. Il finissait ensuite ses tableaux à la gouge, sorte de ciseau à bois en forme de demi-canal, travaillant le bois dans sa masse. Puis il les peignait en noir et blanc (pour les plus anciens) ou en couleurs. D’autres auteurs ne les peignaient pas mais les patinaient à la cire ou au vernis. Ces tableaux, qui font la joie des amoureux de la déco “chalet” ou “montagne”, vont du petit format (une quinzaine de cm) au grand format (1 mètre et plus !) de forme carrée ou plus souvent rectangulaires. Les modèles ronds ou ovales ont également leurs adeptes. Il faut compter de 25 à 50 euros pour les petits modèles et de 200 à 300 euros pour un très grand format. La même technique a été utilisée en Alsace pour réaliser des tableaux de ville (Strasbourg et Colmar en particulier) ou de monuments (cathédrale, maison Kammerer etc ..). A noter qu’aujourd’hui, dans certaines ventes spécialisée à Drouot, ou même en province, de tels tableaux (Raugel, Guillot), et surtout ceux représentant des intérieurs rustiques (Thiam), peuvent atteindre des prix étonnants. Mais attention aux copies en résine synthétique sans valeur … le poids fait toute la différence.

Parmi les réalisateurs, GUILLOT à réaliser de très nombreux tableaux en bois, certains d’une taille impressionnante. Celui représenté ici mesure, avec son cadre massif, 81 cm de haut pour 111  m de large !


Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s