Des verres de cure et des verres souvenirs importés de Bohême

Notre regard est aujourd’hui attiré par de jolis verres ou tasses aux couleurs vives, au décors émaillés, semblant bien anciens et dont l’usage nous intrigue.

Franchissant le seuil de la boutique Verrelène, c’est la responsable du lieu, Hélène, qui nous accueille avec son sourire et sa compétence reconnue dans le domaine du verre et du cristal. «Ces verres, soufflés à la canne, sont de l’époque Art Nouveau et viennent de Bohême» nous dit-elle. A mes questions sur l’usage de ces objets et la raison de leur fabrication lointaine, et au vu de ma curiosité, elle se lance dans un cours argumenté sur le sujet. J’apprends ainsi qu’ils s’agit de verres de cure ou de verres souvenirs, achetés par les personnes qui fréquentaient les thermes au début du vingtième siècle. Ces verres étaient fabriqués dans les verreries de Bohême et importés en France. Elle me montre alors une très belle tasse en verre vert au décor émaillé de fleurs blanches et bleues, avec une anse incolore collée à chaud. Cette pièce de collection provient de Bohême et a été fabriquée pour les thermes de Vals-les-Bains en Ardèche. En plus de l’indication, à l’or, de Vals les Bains, cette tasse possède une échelle graduée sur le côté, de 50 à 200 (millilitres) permettant au curiste de bien doser sa prise d’eau thermale. Sur le fond, la mention «Importé de Bohême» nous donne l’origine. Hélène m’explique alors qu’elle détient un courrier, adressé par la firme Mahla Frères de Gablonz en 1902 à Henri Malart fils, de Vernet-les-Bains (station thermale des Pyrénées Orientales). Ce courrier faisant suite à une commande précise que désormais la mention «Importé» ou «Made in Austria» est obligatoire sur ces produits venant de Bohême.

La maison MAHLA Frères était installées à Gablonz an der Neisse, en Bohême (aujourd’hui Jablonec nad Nisou en République Tchèque au nord-est de Prague). Elle avait des usines à Morchenstern (Smrzovka) et à Pasak (Paseky) , et des filiales commerciales à Londres et Paris. Mahla Frères, était aussi spécialisée dans la fabrication des perles de verre (grenats). La manufacture de chapelets de Joseph OUBRY à Ambert en achetait de grandes quantités, tant chez Mahla que chez Hahn et Compagnie également à Gablonz ou chez Franz  Schlechtat à Turnau (au sud ouest de Vienne). La fabrication de ces pêrles en verre pour chapelet était une activité très anciennes qui existait aussi  dans des verreries locales, et ce dès le XVIème siècle. Hélène me promet de m’en dire plus à l’occasion.
Mais pour en revenir aux verres de Bohême, elle m’en présente un autre, en forme de chope, d’un beau bleu azur, avec sa anse et son décor. Celui-ci, fait de fleurs et de feuillages à l’émail blanc, possède dans un cartouche l’inscription «Souvenir de Tours».
De quoi débuter une bien belle collection !


Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s