Le pré aux cabris

Quand Louis FRANCAIS peignait de sa fenêtre

Une aquarelle de Louis FRANCAIS  a été vendue  samedi 19 novembre au Casino de Plombières-les-Bains dans le cadre de la Grande Vente de la St Nicolas organisée par Maître TEITGEN de Nancy Anticthermal, à l’initiative de l’APAVAMA (1). Prix de vente environ 900 € frais inclus.

C’est l’occasion de revenir sur le travail de cet artiste né en 1814 dans la cité thermale, où se trouve la maison familiale, dans la rue qui porte son nom et non loin du monument érigé en 1901 à sa mémoire. Sa demeure, où son atelier est conservé, avait été offerte par l’artiste avec ses oeuvres à la municipalité de Plombières en 1875, qui la transforma en musée en 1904.

Le Pré aux cabris de Louis FRANCAIS, 1892, Musée de Grenoble
preauxcabris1

C’est une oeuvre de Louis FRANCAIS, intitulée « Le pré aux cabris », conservée au Musée de Grenoble, qui a attiré notre attention (2). Exécutée en 1892, cette toile figurait en bonne place dans l’atelier-musée du peintre, comme en témoigne une carte postale du début du XXème siècle.

Carte postale de l’atelier du peintre, début du XXème siècle, avec « Le pré aux Cabris »
francais-2
Mais quelle ne fut pas notre surprise de trouver la même toile représentant exactement le même paysage, mais en hiver (octobre 1888). Cette oeuvre intitulée « Plombières sous la neige » est conservée au Musée Charles de Bruyère à Remiremont où elle fut présentée en 2014 à l’occasion du bicentenaire de la naissance de FRANCAIS. (3)

Plombières sous la neige de Louis FRANÇAIS, 1888, Musée de Remiremontremiremont
Restait à savoir pourquoi FRANCAIS avait exécuté ces toiles au paysage absolument identique, donc peint du même endroit. Mon ami Patrick Perret s’est collé à la tâche en déterminant avec précision l’angle de vue et donc l’endroit où était le peintre. Malgré la difficulté résultant des nombreuses constructions réalisées depuis 1892, il est indéniable que FRANCAIS a peint depuis sa mansarde au second étage de sa maison, ce qui finalement devait être assez confortable., d’autant qu’à cette époque il avait déjà 78 ans.

Carte postale de la maison-musée de Louis FRANCAIS, début du XXème siècle
francais-3

La possibilité de refaire une vue à l’identique ne nous a pas été donnée malgré nos demandes répétées, car le musée est aujourd’hui fermé public, et ce depuis deux ans, n’étant plus aux normes de sécurité.

(1) APAVAMA: Association Plombières l’Autre Ville des Antiquités et des Métiers d’Art
(2) Merci à M. Vacheret, Directeur des Musées Municipaux de Remiremont, pour la photo numérique et l’autorisation publier.
(3) Merci à Mme Portz, du Musée de Grenoble, pour m’avoir facilité la tâche dans l’obtention de la copie numérique de cette toile et l’autorisation de publier.


Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s