Arnaque à Arnac-la-Poste

CP.Arnac
Eglise paroissiale d’Arnac-la-Poste érigée au XIIè et fortifiée au XVème siècle (2)

Nous avons déjà évoqué le tirage au sort pour la milice provinciale au XVIIIème siècle grâce à un document de 1743 concernant des villages de Haute-Saône – voir ici ===>>>. Un nouveau document vient enrichir nos connaissances, il est daté de 1740 et concerne le village d’Arnac-la-Poste en Haute Vienne. Ce bourg d’Arnac, situé à côté du chef-lieu La Souterraine, s’est enrichi du nom de La Poste vers l’an 1700 suite à l’important relais de Poste  se trouvant sur la route royale menant de Paris à Toulouse, route et qui traversait alors le village. En 1737 le tracé de la route fut modifié et le relais postal d’Arnac fut transféré en 1748 à Montmagner.

Sur la carte de l’Etat Major (milieu du XIXème) on distingue bien l’ancienne route royale (N20) qui descend de Paris à Toulouse, le bourg d’Arnac-la-Poste est en haut à gauche et le relais de Mont Magner en bas au centre, sur le côté droit de la nationale. Voir le site Géoportail de l’IGN ici ===>>>

Montmagner2
L’ancienne Nationale 20 (N20) aujourd’hui déclassée en Départementale 220 (D220)
Cadastre3
Le relais de Poste de Montmagner sur le cadastre de 1835 (2)
Montmagner3
L’ancien relais postale de Montmagner sur la route de Paris à Toulouse et à droite l’autoroute A.20
Montmagner
Ancien relais de Poste à Montmagner

Ce lundi 7 mars 1740 on avait convoqué, pour tirer au sort, tous les jeunes hommes du tiers état, célibataires de 16 à 40 ans et les mariés sans enfants. Ils devaient mesurer au moins 5 pieds de haut, soit environ 1 mètre 62 cm. Comme personne n’était volontaire, on essayait d’échapper au tirage, soit par infirmité, soit par exemption exceptionnelle, soit du fait de la taille trop petite. Notre document, de huit pages, commence ainsi : Liste des garçons d’aage et qualité requise et des jeune gens mariée de l’aage de vingt ans.

Arnac.a2

Le rassemblement des jeunes a donc eu lieu ce 7 mars 1740 et fut organisé par le syndic Louis THOMAS,. Il pris comme adjoints, pour établir la liste: mestre François MOREAU sieur de La Jarige; mestre François DE LAVAUD sieur Du Quérois; mestre Claude De LAVAUD père, marchand; Jean VACHERIE aussi marchand, tous quatre principaux habitant, du dit bourg.

La liste se composa d’abord de ceux du bourg d’Arnac:

Arnac.b

  • François De LAVAUD garçon âgé de 18 ans
  • Henry FAURE garçon âgé de 16 ans
  • Jean et autre Jean FAURE garçons l’un âgé de 18 ans et l’autre de 17 ans
  • François De LAVAUD De FONDRANNE âgé de 18 ans
  • André JAMMET dit MACHINOT âgé de 20 ans, domestique chez le sieur De BROSSE
  • Jean TEVENOT garçon âgé de 18 ans
  • Claude LARDEAU garçon âgé de 18 ans
  • Pierre PERONNEUD garçon âgé d »n 18 ans
  • Leonard COPRIS garçon âgé de 17 ans

Puis viennent ceux qui dépendent de la paroisse d’Arnac:

Arnac.c1

  • Theobald MARCOUX de Monmagnies (1) garçon âgé de 20 ans
  • Julien BUISSON garçon âgé de 18 ans
  • Le frère d’André BAREAU dit MICHOT garçon âgé de 20 ans
  • Pierre DUCROQ âgé de 16 ans, fils de Michelon DUCROQ de Chez-Fougères (1)
  • Le fils cadet de Jean BESGE, âgé de 16 ans
  • Le frère de Simon LAMARDELLE nommé Pierre LAMARDELLE âgé de 20 ans
  • Le valet du meunier des Bordes (1) garçon âgé de 17 ans
  • Le fils aîné de Jean VINCENT arcounier (qui pratique la courbure ou l’arcure des vignes ou fruitiers), garçon âgé de 18 ans
  • Le fils de Jean et celui de Jacques PUYFAIFRA frères, garçons âgé chacun de 16 ans
  • Pierre DESLAFCHY (?) valet chez La Buche, domicilié depuis 6 mois âgé de 17 ans
  • Le fils de François LABAREAU garçon âgé de 17 ans

Et enfin on trouve les jeunes gens mariés de âgés 20 ans ou en dessous:

  • Jean BREAGNEAUD métayer à Champlong (1)
  • Le nommé BERTHEAUD du village des Fausses.

Après avoir établit la liste avec ses adjoints, le syndic THOMAS s’en est allé avec eux, sur la place du village, après avoir rassemblé tout le monde au son de la cloche a la maniere acoutumé pendant lespace dune heures et demy. Là ils ont encore attendus plus de trois quarts d’heure et voyant que plus aucun jeune ne se présentait, le syndic a une quatrieme fois réitérée les publications de l’ordre de la milice.

CP.Arnac2
C’est sur cette place que les miliciables de 1740 ont été convoqués (2)

Armoiries

En plus des adjoints étaient témoins à ce rassemblement: mestre Jacques MARCOUX sieur De BROSSE, mestre Jean NICOAUD sieur Du CHATELLAT, mestre Simon COPRIS,  mestre Louis De LAVAUD, mestre Jean THOMAS l’aîné, mestre Pierre GUILLEMET, mestre Jean PERTAR collecteur chef de l’année 1739, mestre Leonard REYNEAUD collecteur en chef de l’année 1740, et plusieurs autres habitants non nommés.

Comme le demandait l’ordre de la milice (article 6 du dit ordre), on procèda alors à la mesure de la taille des jeunes gens. Mais avant cela plusieurs jeunes sont comparus pour tenter d’être exemptés:

Arnac.f1

  • François De LAVAUD, qui présente une requête qu’il a adressé à Monsieur MARTIMPRE, subdélégué de l’Intendant, en date du 4 de ce mois, requête portant defance de faire tirer au sort le dit De LAVAUD pour les cause referree en la dite requête. François De LAVAUD est donc exempté de tirage, mais on se saura pas pourquoi !
  • Henry FAURE Sieur de RUFET, qui déclare devoir estre exempté de tirer au sort attendu que le Sieur De BEAUVAIS son père estoit perclu de tous les membres par les effect de la goutte qui le detiennt presque toujours dans son lit et le met hors de situation de vaquer … de ces affaires et quil n’a d’autre suport que le dit Sieur RUFET son fils. Le syndic a alors  pris l’avis des jeunes gens qui ont déclarés unanimement qu’il devait être exempté.
  • Jean TEVENOT qui n’a été mesuré que 4 pieds 10 pouces, il est exempté.
  • Claude LARDEAU qui n’a été mesuré que 4 pieds 11 pouces, il est exempté.
  • Pierre PERONEAUD qui n’a été mesuré que 4 pieds 10 pouces, il est exempté
  • Leonard COPRIS qui n’a été mesuré que 4 pieds 9 pouces, il est exempté

Le syndic procéda alors au tirage entre les jeunes gens restants, en préparant 13 billets blancs et un billet noir. Ce billet noir devait désigner celui qui sera milicien pour le bourg et la paroisse d’Arnac. Lesquels (billets) j’auroits bien roullée a particullier les un des autres, et les auroits mis tous ensemble dans un chapeau et apres les avoir scouez et rescouez et remues au mouvement du chapeau. Le syndic fit alors tirer les jeunes, à tour de rôle, et po-r ceux absents fit tirer un habitant du village, jusqu’à ce que le sort désigne, par le billet noir, celui qui sera milicien.

Sans suis que j’auroits fait apel de Pierre ou Jean Ducroq fils ainnée de Michel Ducroq lequel ne paroissant ny personne de sa part jauroits requis lun des dits habitans pour tirer pour luy et se seroit présenté Louis Delavaud lun disceux qui auroits tire pour ledit Ducroq fil et auroits porté le billet noir soit du dit milliciez du dit bourgt et paroisse d’Arnac. Ce que voyant jauroits cessé de continuer de faire tirer au sort et déclaré le dit Jean Ducroq absent pour millicin du dit bourgt et paroisse d’Arnac la Poste pour fournir au complet des hommes qui manquent dans la compaignie de la Souteraine.

L’acte fut clos à 2 heures de l’après midi et signé par le Syndic THOMAS,  ses adjoints et les témoins.

Arnac.a3

La Compagnie de La Souterraine comprenait, plusieurs « paroisses » dont celle d’Arnac-la-Poste. Pour en savoir plus sur la milice provinciale, voir l’article de Wikipedia ici ===>>> dont voici un extrait :

« En 1726, la France organise la milice provinciale en armée auxiliaire. On crée une centaine de bataillons de miliciens correspondant chacun à une région déterminée, même si cette répartition n’est pas équitable pour certaines régions. Chaque bataillon se divise en compagnies auxquelles « on attribue plusieurs paroisses constituant un « canton » dont l’étendue est telle que chaque milicien puisse se rendre à l’assemblée de milice et en revenir dans la journée ». L’âge de ces miliciens se situe entre 16 et 40 ans. Plus de 300 000 individus servent ainsi au XVIIIe siècle …. En 1740, vingt-huit garçons d’Autun refusent de tirer un billet. Ils sont alors sujets à servir douze ans dans la milice si les autorités les rattrapent. Pour éviter le tirage au sort de leurs citoyens, certains villages proposent d’enrôler les asociaux, les vagabonds, les étrangers et les bâtards. »

Cadastre
Ancien plan cadastral de 1835 d’Arnac-la-Poste (2)

 

(1) Les hameaux et lieux-dit d’Arnac-la-Poste sont listés sur le site des Amitiés Généalogiques du Limousin (AGL) voir ici ===>>>

(2) Archives Départementales de la Haute-Vienne à Limoges, voir ici ===>>>

 


Une réflexion sur “Arnaque à Arnac-la-Poste

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s