L’Octroi à Alençon

L’octroi autrefois

« L’octroi est une contribution indirecte perçue par les municipalités à l’importation de marchandises sur leur territoire. Cette taxe frappait les marchandises les plus importantes et les plus rentables telles que le vin, l’huile, le sucre, le café, etc. Il est signalé dès le XIIe siècle à Paris et servait à financer l’entretien des fortifications et les travaux d’utilité publique. » (1)


Alençon et son Octroi

Alençon, préfecture de l’Orne en Basse-Normandie, possédait de toute ancienneté ses bureaux de l’Octroi. Dès 1622 une partie de ce droit perçu sur les marchandises entrant en ville servait à entretenir les fortifications de la ville. (2)

Partie d’un ancien plan d’Alençon en 1770 – On y voit les portes d’entrées dans la ville

Le 10 octobre 1809, le maire de la ville qui était alors le baron Mercier, homme curieux et amateur de plaisirs, soucieux de laisser un bon et agréable souvenir de lui à Alençon, constatant que le rendement de l’octroi avait augmenté et que les recettes effectuées en cette année l’avaient emporté de 27.807 francs sur les dépenses, pensa qu’en cinq années la somme de 70.000 francs pourrait être acquittée et fit au Conseil municipal la proposition de construire une salle de spectacle sur la place du Cours à l’emplacement où se trouve actuellement la Halle aux Toiles et de la mettre entre une double rangée d’arbres. (3)

En 1859 Napoléon III décrétait la création d’un 13ème bureau de l’octroi à Alençon. Un beau placard, imprimé à Alençon, en informait la population.


Une attestation de 1808

Le 12 janvier 1808 Henri-Jean SAVARY maire de la ville donna à son inspecteur des Octrois une attestation de bonne moralité. Il le fit en ses termes « il (le Maire) connait le sieur Jean-Baptiste Delaplace, inspecteur des octrois de cette ville (d’Alençon) y domicilé, pour être d’une bonne moralité, et digne de l’estime et de la confiance des Administrateurs et Fermiers qui l’emploient ». Le Maire signe.

Signature du Maire Henri-Jean SAVARY

Puis cette attestation est contresignée par Guillaume FOUANET Secrétaire en Chef de la Mairie d’Alençon, qui appose le tampon de la Mairie d’Alençon.

Signature du Secrétaire en Chef de la Maire

Et enfin, le Préfet de l’Orne, par l’intermédiaire de son Secrétaire Général, légalise la signature du Maire SAVARY et appose la tampon de la Préfecture de l’Orne.

Légalisation de la signature du Maire SAVARY par la Préfecture

Et voici le document complet


(1) Sur l’octroi voir la (ouverture dans un nouvel onglet) »>notice Wikipedia ici ===>

(2) Le théâtre à Alençon aux XVIIIe et XIXe siècles / Adhémard Leclère / 1913

(3) Mémoire Historique sur la Ville d’Alençon et ses Seigneurs par Odoilant DESNOS, 2ème édition Alençon et Paris 1858


Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s