Un acte de Curatelle en réemploi

Un parchemin comme reliure

Côté intérieur du parchemin servant à la reliure

Un ancien petit parchemin, au format 27,5 x 18 cm, est parvenu entre nos mains. Sombre d’un côté, en partie imprimé et manuscrit, il est beaucoup plus clair sur l’autre face où un petit texte manuscrit est à peine visible ainsi qu’un cachet fiscal de la Généralité de Paris. Ce parchemin a servi de reliure à un livre au format In-seize étroit (16 x 9,5 cm), d’une épaisseur d’environ 3 cm. Le livre qu’il protégeait ne nous est pas parvenu et nous ignorons tout de son contenu. Le parchemin a prit la forme des plats et du dos et les rabats sont biens visibles. Le texte intérieur peut se lire comme suit: insinué a par Le vingt huit Janvier mil sept cents soix(ant)e quatre Recu pour le Droit trente Livres et huit sols. Suit une signature illisible. Il s’agit donc de l’insinuation de l’acte qui se trouve au verso (insinuation = publicité et authentification d’un acte par inscription sur un registre, en l’occurrence la Table des tutelles et curatelles).

Cachet fiscal de la Généralité de Paris
Insinuation de l’acte

Un acte de curatelle de 1764

Alexandre De SEGUR (1718-1773), Chevalier, seigneur de Francs, Beigle, Saint -? , La Tour, La Fitte, Paulliac, Callon, Tasie, Queyrac & autres lieux, Conseiller du Roi en ses Conseils, Prévôt de la Ville, Prévôté & Vicomté de Paris, Conservateur des Privilèges Royaux de l’Université de Paris, est un personnage important et influent, apparenté Nicolas-Alexandre De SEGUR dit « le prince des vignes » président du Parlement de Bordeaux (1697-1755). En 1755 Alexandre est nommé prévôt au Grand Châtelet de Paris en remplacement de Louis Alexandre Catherine DUPORT. Il assumera cette charge de police et de justice jusqu’en 1766, date à laquelle il sera remplacé par le dernier prévôt de Paris Anne Gabriel De BOULAINVILLIERS qui verra cette fonction supprimée par la Révoluion française en 1792 (Cf: Wikipedia).

Claude FIGNY le curateur des SAGET

En Janvier 1764 Claude FLIGNY, maître crémier et bourgeois de Paris qui habitait alors rue St Antoine dans la paroisse de St Paul, accepte la charge de Curateur pour la succession vacante de feu Jean SAGET tanneur à Paris. Cette succession est vacante suite à renonciation des héritiers passée en 1749 devant notaire. La requête est présentée par Claude François P… et Charlotte Margueritte SAGET sa femme, ainsi que Claude Baptiste SAJET.  Des recherches ne nous ont pas permis de trouver le lien de parenté entre ses requérants et le défunt Jean SAGET.

La clôture de l’acte

L’acte est clos par deux procureurs du Châtelet de Paris le 16 janvier 1764, il est signé au registre par Claude FLIGNY et scellé le lendemain.

Et voici l’acte complet

Reliure recto (côté extérieur du livre)
Reliure verso (côté intérieur du livre)
Publicités

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s